Font Size

SCREEN

Cpanel

Aline Chouissa

Ma pratique

 

je vous invite par mon écoute, par mon attention et à l'aide de plusieurs outils de psychothérapie, à porter un nouveau regard sur les événements de votre vie. Selon vos besoins et vos attentes, vous serez amenés à travailler aussi sur l'image corporelle, l'estime de soi et la régulation des émotions.

Selon les besoins, nous nous orienterons plutôt vers des thérapies brèves ou des thérapies plus longues

Dans les thérapies brèves, le patient définit clairement à la fois les difficultés dont il veut sortir et les objectifs qu'il vise ; on raisonne en terme de solutions et on se demande comment faire pour que les changements recherchés se produisent vite, bien et efficacement, tout le travail est donc axé sur les moyens de créer les changements souhaités.

Pour cela nous utilisons l'hypnose et d'autres thérapies comme l'EMDR.

Dans les thérapies plus longues –destinées à aborder et résoudre des problèmes affectifs tels que la dépression, les obsessions, les désordres du comportementj'utilise l'ApsySE, c'est une approche thérapeutique très pertinente qui réunit le corps et l'esprit, le psychique et le somatique. Elle favorise la mise au jour de l'Inconscient qui raisonne ou résonne dans le corps.

L'Apsyse permet surtout d'évoluer vers une transformation des blessures qui entravent votre estime personnelle et la qualité de vos relations, à vous même et aux autres.

Site : http://www.psychotherapie-strasbourg.com/

Françoise Poulnot

 

« Amour travail et connaissance sont les sources de notre vie »             Wilhem Reich

 

L'amour est source de joie.

Le travail incarne notre place et notre utilité dans le monde.

La connaissance nous élève au dessus de notre fugace condition humaine en nous permettant de comprendre la vie pour la mieux vivre.
Tous trois donnent sens à notre existence et nous rendent heureux d'être vivant. Voilà pourquoi, « ils doivent gouverner notre vie » ainsi que le dit W. Reich.                                          


Mais nos expériences de vie douloureuses, notre éducation, l'histoire de notre famille et de nos ancêtres, entravent cette capacité d’être heureux et peuvent même la rendre impossible. D'autre part, le monde technologique souvent inhumain, incertain et inquiétant, dans le quel nous vivons, nous fragilise et nous éloigne des relations véritables et profondes.


Comment guérir de nos blessures, nous construire plus solides et retrouver l'estime de soi afin de nous déployer dans ce monde?

 

L'APsySE agit en profondeur sur tous ces niveaux.

Elle permet une transformation sur le plan du corps, du monde émotionnel et psychique, elle libère l’énergie de vie, indispensable aux rouages du bon fonctionnement de l'être.

 

Elle nous conduit à entrer dans trois capacités fondamentales de l’être humain: se sentir aimable et aimé, s'aimer, et, ce qui nous rend le plus heureux, aimer. Aimer les autres, la vie, la beauté...

Johanna Zeylstra

Johanna Zeylstra

 

Johanna Zeylstra, Psycho-praticienne en APsySE depuis 2003.En parcours croisé avec la psychanalyse.
Thérapie, écoute, accompagnement.

Elle consulte à Chatillon d'Azergues.

·        Téléphone : 04.78.47.97.72
·        E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Trois questions à Johanna Zeylstra


·        Que peut un thérapeute ?

Un peu accoucheur, advenant de ce qu’il vous fait advenir, il vous embarque dans cet espace que Freud a appelé « L’Autre Scène », cet espace obscur au plus profond de soi … Il vous escorte à tâtons sur un territoire dont il n’existe aucune cartographie précise. Son savoir est fragmentaire, ses méthodes toujours à remettre sur le métier, ses certitudes constamment ébranlées.

Un thérapeute, c’est aussi…
Celui/celle qui ne se détourne pas, ne se détournera jamais, quel que soit le visage qui lui est montré.
Celui qui permet, par son acceptation tranquille et par la permanence du cadre, d’ouvrir les yeux sur ce qui, de nous, ne paraissait pas regardable.
Celui/celle qui permet de se familiariser avec l’autre en soi.

De dédramatiser l’innommable.
D’accéder à sa singularité au fil du travail thérapeutique en se libérant peu à peu de l’implacabilité inquisitrice du regard de l’Autre.
De se décoller des exigences féroces du surmoi qui maintiennent dans les rails que l’on s’est imposé.
De se détacher peu à peu de la famille qu’on porte en soi.
De s’ouvrir, d’accueillir et de créer.


·        Pourquoi l’APsySE ?

Parce que le travail sur le corps permet à la fois d’offrir un cadre et d’atteindre les niveaux les plus archaïques du développement psychoaffectif.
Parce que la succession « d’actings » (mobilisations neuromusculaires) mise au point par Fédérico Navarro et complétée par Christine Zürcher et Jacques Vaissac, forme un véritable parcours qui, de jalon en jalon, donne, peu à peu, des repères concrets.

L’APsySE constitue donc une progression.

Parallèlement au travail analytique proprement dit, quelque chose bouge - avance - dans le corps. Au fur et à mesure que la thérapie se déroule, on s’aperçoit que des symptômes ont disparu sans qu’on y prenne garde, qu’un étau se desserre, que le regard gagne en acuité.

Ce qui était resté gourd, comme assoupi, se réveille. Une aisance nouvelle s’installe dans la respiration.


·        Et, au fond, la thérapie pourquoi ?

Pour sortir du cercle infernal des répétitions et aller, simplement, vers « plus d’agir et de jouir » (F. Roustang).

En individuel avec D.ROUGIER

Le travail en individuel peut prendre différentes formes en fonctions de la problématique du patient et de sa demande

4 modalités sont le plus souvent utilisées :
  • Traitement d’un problème précis avec un contrat établi d’un commun accord sur le nombre de séances prévu
  • Expérimentation d’une technique particulière de psychothérapie sur une durée déterminée. Par exemple 10 séances d’Intégration Posturale …, au terme desquelles le patient peut s’arrêter ou continuer avec un nouveau contrat
  • Exploration profonde de l’inconscient du patient et donc de sa Vie. La durée n’est pas connue. Les " outils " sont à l’appréciation du thérapeute.
  • Exploration consciente du quotidien du patient, de ses comportements, émotions, tensions….pour découvrir ses profondeurs. La durée est indéterminée.

Quelle que soit la méthode utilisée, elle vise à aborder, voir et dépasser les problématiques connues ou découvertes, en vue d’un mieux-être et d’une capacité à satisfaire ses besoins et d’un accès au JE.

D’autres modalités existent :

Rendez-vous ponctuel

Rendez-vous au choix du client , Par exemple : une fois par an

Quand une tension perdure….surtout après avoir terminé une thérapie… quelques rendez-vous très ciblés

Guidance, coaching, spiritualité

Sandrine Mundweiler

Sandrine MUNDWEILER

D’où je viens ? quel est mon parcours ? comment suis-je devenue praticienne en APSYSE ?

Mon arrivée sur terre a été douloureuse : déception de ma mère, les yeux brouillés de larmes sur la troisième petite fille que j’étais, espérant un garçon. J’ai pu ré-éprouver, bien plus tard, grâce à mon travail en APSYSE, à quel point la blessure fut forte ainsi que ses conséquences : peur de décevoir , de ne pas être celle qu’on attend, peur du rejet, sentiment terrible de l’anéantissement...Dès lors, il devint difficile de pouvoir, vouloir et oser être moi-même, de ne pas me sentir coupable du malheur de l’autre, de ne pas avoir honte et de ne pas me mettre en exil de moi-même pendant très longtemps…

Tout était en route pour faire de moi une conquérante d’un moi idéal, qui ne décevrait plus jamais ni l’autre, ni moi-même. Devenir « celle qui… », « la bonne », « la plus, la mieux … » pour me faire aimer et surtout pour pouvoir m’aimer. Quelle tristesse !

Ma force de vie m’a fait me battre pour essayer d’atteindre un autre moi-même ,qui puisse prouver ma valeur : accumulation de savoirs, sports de compétition. Quelle lutte fatigante pour arriver à m’aimer ! et quelle voie de perdition ! Je cherchais des réponses à mon mal-être grandissant à travers de longues études en astrologie, en médecine chinoise, les religions chrétienne et bouddhiste, la méditation. Je cherchais pourquoi j’allais mal mais je ne me rendais pas compte que j’essayais surtout d’échapper à moi-même , en cherchant ailleurs les solutions. J’étais déconnectée de ma réalité , fuyant mes défauts et mes limites, déconnectée de mon corps.

Heureusement que j’adorais la nature, être en montagne , faire du sport à outrance qui me rendait vibrante même dans la douleur, que j’aimais créer avec mes mains, que je suis devenue masseur-kinésithérapeute et que je me suis adonnée à la sculpture, bref que j’étais en contact direct avec la matière. Toutes ces activités m’ont évité d’être un esprit désincarné qui erre sur cette terre , comme « condamnée » à vivre là mais ne le souhaitant pas !

Coupée en deux ! la tête d’un côté , le corps de l’autre, avec quand même et heureusement des états émotionnels très perturbés. Le courant passait quand même ! pas complètement dissociée !

Mon métier de kiné me passionnait mais finit par me frustrer, car je voyais bien que soigner la « mécanique » humaine avait ses limites et j’ai eu envie d’explorer du côté de l’approche psycho-somatique du soin. C’est ainsi que j’ai rencontré l’APSYSE. Mon propre parcours d’APSYSE a duré 6 ans et ce fut pour moi un véritable chemin de réconciliation avec moi-même , chemin de réunification de mon corps et de mon psychisme, chemin d’apprentissage de l’amour, de paix avec mes ancêtres et avec moi-même. J’ai appris à me connaitre en sentant qui je suis à travers mon corps, à exprimer mes émotions refoulées , à revoir mes croyances , à parler de moi en vérité et en humilité, à comprendre d’où je venais, à être plus consciente et à accepter d’être dans le ici et maintenant. Mon corps n’est plus juste une mécanique, un instrument, un véhicule que je possède mais il est devenu un corps-sujet , parlant, un allié , un instructeur, avec un cœur plus ouvert à l’amour des autres et de moi-même.

J’ai senti qu’il y avait au fond de moi une aspiration à l’amour inconditionnel et que j’étais sur un chemin parsemé d’obstacles à dépasser pour faire éclore , un pas après l’autre , mon être essentiel.

Je suis , bien entendu, toujours en travail de développement personnel mais plus consciente qu’avant et moins blessée, moins perdue , plus incarnée, plus vivante.

Pour moi, l’APSYSE est une thérapie pertinente et efficace pour sortir des impasses que sont les illusions sur soi et les autres, les agitations mentales et émotionnelles perturbatrices. C’est une voie d’incarnation, de connaissance de soi profonde et de libération de l’être. C’est une thérapie d’expérience vécue à travers le fait de sentir son corps et de lier ce ressenti à la pensée et à la parole vraie. C’est aussi l’apprentissage de qui je suis à travers la relation thérapeute-patient authentique et charnelle.

L’APSYSE dénoue le corps et le psychisme ensemble, aide à reconstruire un ego plus mature, humble et aimant, ni enflé d’orgueil et d’illusions, ni misérable et dépressif. Un ego plus conscient devient plus responsable de sa vie, de ses relations avec lui-même, les autres et la Grande Vie, auquel il aspire ontologiquement.

L’APSYSE est pour moi une thérapie profondément existentielle, qui ouvre à la spiritualité.

Comment ne pas avoir envie de devenir thérapeute lorsque l’on a connu le bonheur de sortir de ses impasses, des souffrances familiales, de son passé d’enfant blessé ?

J’aime accompagner l’autre sur son chemin de guérison.

Vous êtes ici : Accueil Activité des membres en France Psychothérapie Individuelle Thérapeutes