Gerda Boyesen

Quelques textes de Gerda BOYESEN

L’auteur a utilisé l’écriture en italique pour marquer l’importance qu’il attachait à certains mots ou phrases ; les titres en gras comme les mots ou phrases soulignés sont de notre fait.


La découverte du psychopéristaltisme

« Je travaillais par les massages sur mes patients en agissant uniquement sur les membranes chargées de fluide énergétique. Je réduisais la pression de ce fluide énergétique et j’entendais alors les gargouillements péristaltiques. J’assistais à la disparition progressive de tous les symptômes de mes patients. Je finis par réaliser de mieux en mieux ce que pouvait être cette décharge végétative douce : une nuit, alors que je ne dormais pas, j’entendis le son péristaltique dans le ventre de mon mari. Je compris [...] qu’il n’est pas nécessaire de passer par la diarrhée pour éliminer ses tensions nerveuses, l’organisme ayant son propre mécanisme de régulation et d’élimination de la tension nerveuse : le psychopéristaltisme. Le canal instinctuel, émotionnel, le canal du « ça » est la voie de la dissolution, de la « fonte » de l’énergie émotionnelle.[…]Le péristaltisme intestinal peut être envisagé comme relevant de la fonction digestive, son rôle étant de permettre la progression du bol alimentaire. »
[…]
Après une longue citation des observations du Pr Setekleiv effectuées d’un point de vue strictement neurophysiologique, l’auteur poursuit en affirmant que pour elle, « l’origine et la fonction de l’activité rythmique spontanée de la musculature lisse  [correspond à] la digestion des stress, des résidus de tension nerveuse en se fondant sur les concepts de W. Reich : le fluide énergétique, la circulation bioénergétique et le principe Tension-Charge-Décharge-Relaxation. [...] La pression à l’intérieur des parois intestinales est responsable du psychopéristaltisme. Le moment bioélectrique du passage de flux à « déflux » correspond à la zone de firing et à la production du son péristaltique. Ce moment a une influence bioélectrique dans tout l’organisme et donne une sensation de plaisir et de contentement. En fait, la décharge bioélectrique a lieu dans toutes les cellules du corps, mais les intestins sont une région privilégiée : ils représentent le système le plus primitif de conduction de l’énergie. »

Gerda Boyesen, « Entre psyché et soma : introduction à la psychologie biodynamique », Payot, Paris, 1985, p. 81 et 190/191.


Les fondements de sa méthode thérapeutique

« Pour moi, la thérapie avec Raknes m’avait donné des forces fondamentales : ouverture du cœur, tolérance, compréhension. C’est ce qui me permettait de laisser apparaître les expressions corporelles des émotions, et c’est là la différence avec la psychanalyse, seulement verbale.
[...] J’appelle cette méthode thérapeutique la méthode de l’accoucheur. En effet, il s’agit que le thérapeute soit détaché de son propre besoin d’être actif, de parler, etc.[...] Le thérapeute doit simplement offrir une acceptation et un amour total afin que le « stimulus intérieur » puisse se développer complètement et transformer l’être du patient. »

Gerda Boyesen, « Entre psyché et soma : introduction à la psychologie biodynamique », Payot, Paris, 1985, p. 107/108.

FaLang translation system by Faboba